« Où sont les filles? » Etude sur la mixité dans les actions jeunesse

Etude mixité

Livret de l’étude sur la mixité des actions jeunesses en Seine-Saint-Denis (PDF)

Cette étude a été menée entre les mois d’octobre 2017 et de février 2018, elle a pour but d’établir un diagnostic de la participation des filles et des garçons aux activités leur étant proposées dans le cadre de la politique de la ville sur l’année 2016. Une attention particulière a été portée au dispositif Ville-Vie-Vacances, un programme d’action s’adressant aux jeunes de 11 à 18 ans.

Il ressort de cette étude plusieurs constats : les structures ne tiennent pas de statistiques sexuées sur la participation des jeunes à leurs actions. Or, évaluer la proportion de filles et de garçons qui participent aux activités est essentiel pour impulser une véritable politique de mixité.

Des données récoltées par questionnaire ont cependant permis d’établir un premier constat : les filles sont moins présentes que les garçons dans les activités jeunesse. Elles ne sont notamment pas assez prises en compte au moment du recrutement et de la communication sur les actions. Elles rencontrent également des contraintes spécifiques liées à leur famille et leur environnement culturel, qui entravent leur participation. Parmi ces contraintes se trouvent l’aide à la maison, avec la garde des frères et sœurs et la participation aux tâches ménagères ; et les interdictions parentales liées à des horaires tardifs ou à de fausses représentations sur certaines activités (telle activité serait trop virile pour une fille, trop douce pour un garçon…). Les filles elles-mêmes se censurent dans leurs pratiques du fait des stéréotypes de sexe. Elles ne s’autorisent pas certaines activités qui seraient traditionnellement associées au sexe opposé.

Les constats dégagés dans cette étude ont fait l’objet de préconisations, rassemblées dans un guide qui recense les pratiques à adopter pour impulser davantage de mixité dans les actions en direction des jeunes.

Guide de préconisations (PDF)

L’étude sur la mixité filles-garçons dans les actions politique de la ville en direction des jeunes a été portée par Romane Parent au sein de la Délégation départementale aux droits des femmes (2017-2018).

Publicités